Orthophonie Académie : des conseils personnalisés pour votre préparation au concours d’orthophoniste

« L’année prochaine, je prépare le concours d’orthophoniste » cette phrase nous l’entendons souvent. Oui mais comment ?

De nombreux étudiant(e)s baissent les bras au bout de quelques mois de préparation au concours d’orthophoniste ou au contraire n’obtiennent aucune admission après une année de dur labeur.

Plusieurs pièges sont à éviter :

  • Se perdre dans la masse de connaissances à acquérir en vocabulaire et en culture générale : concentrer vos efforts sur les mots / les thèmes les plus posés dans les concours, puis une fois qu’ils sont maitrisés, élargissez vos connaissances.
  • Concentrer tous ses efforts sur les épreuves d’admission : trop d’étudiant(e)s passent des heures à faire des QCMs, les maitrisent parfaitement et réussissent donc les épreuves d’admissibilité. Mais, une fois cette étape franchie, c’est souvent la catastrophe lors des épreuves d’admission de dictée et d’expression écrite. Ne négligez donc aucune matière ! D’autant plus, que les coefficients accordés aux épreuves d’admission sont souvent inférieurs aux coefficients des épreuves d’admissibilités.

 

Chacun d’entre vous est différent, et heureusement pour vous, chaque concours d’orthophonie est différent. Vous devriez donc arriver à trouver votre place !

Pour bien réussir votre préparation il faut tout d’abord :

  • Analyser vos points forts et vos points faibles. Repérer les points faibles pouvant être améliorés facilement et ceux qui demanderont beaucoup de travail. Par exemple, l’expression écrite pour être améliorée demande un travail régulier, sur le long terme et très technique alors que le vocabulaire demande surtout un travail de mémorisation.
  • Choisir les concours que vous souhaitez passer. Ce choix doit d’abord être en fonction de vos envies (aspect géographique, familial, financier). Étudier les modalités des épreuves de ces concours.
  • Enfin vous pourrez adapter votre préparation.

 

Adapter seul(e) sa préparation à ses besoins n’est pas chose aisée, nous l’avons donc mis en place pour vous.

Les étapes à suivre :

  • Inscrivez-vous à la formule d’essai : vous aurez accès gratuitement au contenu de la première semaine de préparation.
  • Apprenez les cours
  • Réalisez les exercices
  • Remplissez le questionnaire BILAN (de la première semaine du planning), vous demandant votre budget, les écoles (villes) que vous souhaitez intégrer …

 

Nos professeurs auront alors tout en main pour évaluer vos qualités et vos lacunes, connaitre vos objectifs et pourront ainsi vous proposer une préparation adaptée. Il suffit de leur laisser 15 jours pour étudier votre dossier, puis nous vous contacterons pour voir ensemble la solution qui sera la plus à même de vous faire réussir.

Si malheureusement vous n’avez pas énormément de temps, vous pouvez ne pas réaliser l’intégralité de la première semaine et nous demander conseils en remplissant le BILAN, mais plus nous auront d’informations vous concernant, meilleurs seront nos conseils.

 

Formule d’essai

 

 


Les 3 bonnes résolutions du Futur Orthophoniste

C’est décidé, 2017 c’est votre année ! Celle où vous allez atteindre votre rêve : entrer en école d’orthophonie. Pour cela, il faut encore passer… et réussir l’un de ces satanés concours ! Alors quelles sont les bonnes résolutions pour réussir le concours orthophoniste ?

1/ En 2017, je travaille RE-GU-LI-E-RE-MENT !

Et oui, on ne le répètera jamais assez, travailler un peu tous les jours est beaucoup beaucoup beaucoup plus efficace que de bachoter 3 jours avant le concours. D’abord, cela permet d’aborder les concours moins fatigué (une nuit blanche la veille du concours n’étant pas le top pour la concentration le jour J). Le travail régulier favorise la confiance en soi (on observe une progression sur une longue période) et l’acquisition des réflexes nécessaires à la réussite des dictées et des questions de grammaire notamment.

Notre conseil : travailler au moins un cours par jour à partir d’un programme élaboré à l’avance !

Les formules « abonnement » (exercices ou cours + exercices) de la classe prépa en ligne Orthophonie Académie proposent un planning de travail hebdomadaire qui permet de travailler au minimum un exercice (d’une durée de 30 min en moyenne) par jour.

2/ En 2017, je focalise sur les épreuves mon (mes) concours préféré(s)

A première vue, les Concours d’Orthophonie nécessitent tous de connaître les mêmes notions (grammaire, vocabulaire, orthographe, culture générale…). C’est souvent ce que l’on vous « vend » en classe prépa…Pourtant, lorsqu’on y regarde de plus près, chaque concours possède sa spécificité. Bien comprendre les spécialités des concours que VOUS visez, bien connaître les « règles du jeu » permet d’optimiser sa préparation. Par exemple, si je prépare le concours de Bordeaux, je dois m’entraîner à répondre à un grand nombre de questions en peu de temps. Par contre, si je prépare celui de Nice, je dois me préparer à rédiger mes réponses (pour les questions de vocabulaire par exemple). Si je prépare le concours de Nantes, ou celui de Besançon, j’ai intérêt à me renseigner sur la culture locale. Ce n’est pas le cas si je prépare celui de Paris. Il est donc indispensable de travailler sur les annales des concours et de rechercher des concours blancs spécifiquement réalisés sur la ville qui vous intéresse.

Et comment faire lorsque je prépare plusieurs concours ?

Dans ce cas, il est bénéfique de « varier les plaisirs ». Varier le type et la forme des épreuves permet d’éviter la monotonie et favorise la maîtrise des notions clés (écrire une définition ne demande pas le même effort que cocher la définition qui nous paraît la plus crédible…). Dans la dernière semaine de préparation, nous conseillons de focaliser sur les épreuves du/des concours que vous vous préparez à passer. Autre conseil, pensez à vérifier à l’avance les coefficients des épreuves (s’ils sont donnés) afin de favoriser les parties qui rapportent le plus de points le jour du concours.

Les packs de préparation à un concours spécifique, proposés par Orthophonie Académie, sont un outil efficace et très abordable pour peaufiner votre préparation avant le concours de votre ville préférée. Ils proposent des annales corrigées, des concours blancs et des exercices qui s’adaptent à la spécificité de chaque ville. 

3/ En 2017, je tire parti de mes points forts !

Vos points forts (et points faibles) pour le concours dépendent beaucoup de votre parcours scolaire et/ou professionnel et de vos centres d’intérêts. La diversité des concours proposés par les différentes villes, vous permet d’augmenter vos chances de réussite si vous décidez de passer les concours possédant des épreuves pour lesquelles vous êtes plus doué.

Par exemple, une étudiante sortant d’une première année médecine (PACES) sera naturellement plus à l’aise sur des épreuves contenant des questions logique et de biologie, comme Marseille, Rouen, Tours, Lille, Paris… que sur les épreuves rédactionnelles. D’un autre côté, une étudiante sortant d’études littéraires aura intérêt à favoriser les concours proposant des épreuves rédactionnelles difficiles ou avec un gros coefficient (Lyon, Nantes).

Un autre « point fort » pour vous : la localisation géographique.

Tous les étudiants qui ont vécu la galère des pèlerinages vers les lieux du concours en sont conscients : passer un concours à l’autre bout de la France est fatigant ET coûteux. Alors, passer le concours de sa ville, ou d’une ville dans laquelle on a des attaches est réellement un avantage dont vous devez profiter.

En résumé, pour réussir  le concours orthophoniste en 2017 : je travaille tous les jours, je me documente sur mes concours préférés et je prends conscience de mes atouts !

Nous avons répertoriés ci-dessous les liens vers quelques associations des étudiants en écoles d’orthophonie riches en conseils et informations

ACEOL Lille ; APEO Paris ; AEMO13 Marseille ; DIS-LALIE Montpellier ; AFON Nice ; GEOD Besançon ; GEPETO Amiens

 


Qualités pour devenir orthophoniste – Orthophonie Académie

Qualités indispensables pour devenir orthophoniste

Pour devenir orthophoniste, il faut tout d’abord réussir le concours d’entrée et pour ce faire une bonne préparation au concours d’orthophonie est de mise. Orthophonie Académie vous propose son aide grâce à une préparation en ligne avec des exercices et des cours. Cela étant dit, la réussite à l’obtention des diplômes n’est pas la condition sine qua non qui fera de vous un bon praticien, d’autres qualités sont requises pour persévérer dans ce domaine.

Une bonne capacité d’écoute et une excellente communication

L’orthophoniste est amené à côtoyer des personnes de tout âge et de milieux différents.. L’orthophoniste doit gagner la confiance de ses patients car ces derniers peuvent être peu coopératifs du fait de la peur, de la frustration ou de la désorientation qu’ils peuvent sentir suite à leur situation peu commode.

De la patience

Un orthophoniste se doit d’être patient car il aura à côtoyer des personnes dont les progrès peuvent être lents. Ceci impliquera des exercices répétitifs pour aider les clients qui ont des problèmes à mémoriser le traitement et les informations.

La créativité et la résolution de problèmes de compétences

Parce que chaque client n’est JAMAIS comme le précédent, il faut toujours être créatif pour garder la thérapie intéressante, motivante et bénéfique pour le patient d’une part, et pouvoir concevoir des programmes appropriés pour différents styles d’apprentissage et différents problèmes de communication.

La faculté à travailler en équipe

L’orthophonie est une spécialité qui nécessite une équipe pluridisciplinaire pour que le patient soit bien encadré. C’est pour cette raison qu’un orthophoniste est amené à interagir avec les autres cliniciens d’où l’importance de pouvoir très bien évoluer au sein du groupe traitant.


Pourquoi devenir orthophoniste – Orthophonie Académie

Pourquoi devenir orthophoniste ?

Bien plus qu’une profession, le travail d’un orthophoniste est une réelle passion. Il s’agit d’une profession du paramédical ayant comme objectif la rééducation des troubles de la parole, du langage, de la communication sociale et de la déglutition. Chez plus de 58% des praticiens, le choix de devenir orthophoniste s’est imposé de lui-même, car il offre :

  • Variété d’opportunités de travail : durant leurs études, les orthophonistes sont formés à toutes les facettes de leur métier. Ainsi, une fois diplômés, plusieurs options de travail s’ouvrent à eux telles le cabinet indépendant, les centres de réadaptation, les centres de soins infirmiers qualifiés, les agences de santé, les sociétés ou entreprises (pour des services tels que la réduction d’accent), le système éducatif et bien d’autres.
  • Diversité des patients et des besoins : chaque patient traité en orthophonie est unique, sa prise en charge est donc unique ! En orthophonie l’ennui est quasi impossible.
  • Apprentissage continu : le domaine de l’orthophonie est large et en constante évolution. Il s’agit vraiment d’un travail évolutif !
  • L’indépendance : un autre avantage étonnant de cette profession est la possibilité d’être indépendant. L’orthophoniste peut avoir son propre cabinet médical dans lequel il travaille à temps plein, il peut également cumuler des emplois dans le secteur privé et le secteur public.
  • La créativité est de mise : un trait qui est crucial pour les orthophonistes est d’avoir la capacité d’être créatif. Parce que chaque client n’est JAMAIS comme le précédent, il faut toujours être créatif pour garder la thérapie intéressante, motivante et bénéfique. Le blog d’Orthonenette est ainsi spécialisé dans la création d’outils en orthophonie.
  • Possibilité de spécialisation : bien que les orthophonistes quittent l’école diplômés pour travailler dans tout environnement avec tout type de clients, ils ont la possibilité de se spécialiser dans divers domaines suivant leur attrait pour un type de public, un trouble spécifique ou une technique de prise en charge.

En somme, il ne s’agit pas de liste exhaustive, mais uniquement de certains avantages qu’offre la profession d’orthophoniste. Alors si vous êtes désireux de suivre ces études, Orthophonie Académie vous aide à bien commencer votre projet de vie en vous offrant la possibilité d’une préparation en ligne avec des cours et des exercices pour intégrer les écoles d’orthophonie.


Indication de l’orthophonie – Orthophonie Académie

Les champs d’intervention de l’orthophonie

L’orthophonie se définie comme étant la capacité à la prononciation normale, et par extension, l’orthophonie désigne la prise en charge paramédicale de certains problèmes chez l’enfant ou l’adulte.

Troubles relevant de l’orthophonie

Il existe différents troubles qui relèvent de l’orthophonie et qui surviennent à des âges différents. L’enfant et l’adulte peuvent être touchés.

  • Troubles de la parole : les troubles de la parole se définissent comme la difficulté à produire des sons correctement ou avec facilité lors d’un discours. L’exemple type de ce cas de figure est le bégaiement qui est une forme de disfluidité.
  • Les troubles du langage se produisent quand une personne présente un problème du langage réceptif se traduisant par des difficultés à comprendre les autres, ou quand le problème est au niveau du langage expressif qui consiste à partager des pensées, des idées et des sentiments. Les troubles du langage peuvent toucher soit la parole, soit l’écriture. Ils peuvent impliquer la forme (phonologie, morphologie, syntaxe) ou le contenu (sémantique).
  • Les troubles de la communication sociale se produisent lorsqu’une personne a des problèmes avec l’utilisation sociale de la communication qu’elle soit verbale et non verbale. Les personnes pouvant développer ce type de troubles sont les personnes atteintes de troubles du spectre de l’autisme et les individus ayant des lésions cérébrales traumatiques.
  • Les troubles des fonctions cognitives et de la communication comprennent les problèmes d’organisation de la pensée, d’attention, de mémoire, de planification et / ou la résolution de problème. Ces troubles se produisent généralement à la suite d’un accident vasculaire cérébral, d’une lésion cérébrale traumatique ou dans les cas de démence, en cas de maladie d’Alzheimer…. Ces troubles peuvent aussi être congénitaux.
  • Les troubles de la déglutition (dysphagie) concernent les personnes ayant des difficultés à avaler suite à une maladie, à la chirurgie ou à un AVC.

Retrouvez plus d’infos sur le site de la société française d’orthophonie