Focus sur le regroupement Brest, Rennes, Nantes et Tours

par | 15 février 2022 | Les CFUO par regroupement

Si vous souhaitez entrer en école d’orthophonie, vous devez savoir que la formation est actuellement dispensée par 21 Centres de Formation Universitaires en Orthophonie (CFUO), organisés en 9 regroupements à l’échelle territoriale. Zoom sur le regroupement Brest, Rennes, Nantes et Tours !

Le regroupement en quelques chiffres

Le regroupement Brest, Rennes, Nantes et Tours, appelé aussi « Grand Ouest », accueille 150 nouveaux étudiants chaque année en 1re année. C’est le plus gros regroupement de France ! La répartition entre les écoles est la suivante :

  • 45 élèves sur l’école de Nantes
  • 25 élèves sur l’école de Rennes
  • 50 élèves sur l’école de Tours (ils sont 55 cette année, mais c’est certainement dû à la présence de doublants dans la promo)
  • 30 élèves sur l’école de Brest

L’année dernière, ce regroupement a reçu plus de 2500 candidatures.

Le saviez-vous ? Les centres de formation de Brest et de Rennes sont des écoles très récentes. Ils ont ouvert respectivement en 2018 et 2019. Une vraie plus-value pour les Bretons !

 

Comment intégrer l’une des écoles ?

L’accès à l’école se fait par examen du dossier Parcoursup + oral. Vous n’avez qu’un seul vœu à faire pour postuler sur les 4 écoles du regroupement (le prix est identique que vous choisissiez de postuler dans une seule école ou bien dans les 4 écoles du regroupement). 1 vœu = 80 € (sauf si vous êtes candidat boursier).

Parmi les critères évalués par la commission d’examen des vœux, les résultats scolaires du secondaire ainsi que la capacité du candidat à expliciter sa démarche d’orientation et son intérêt pour le domaine de la santé sont jugés comme essentiels afin d’intégrer une école d’orthophonie.

Les épreuves orales ont été annulées en 2021 au vu des conditions sanitaires, mais elles sont prévues pour 2022. Il s’agira d’entretiens individuels (pas d’oral de groupe). Elles auront lieu entre le 6 et le 10 mai 2022.
Chaque candidat passera un seul entretien oral et, s’il est retenu, sera classé dans l’un des 4 centres de formation.

Si vous êtes sélectionné pour l’oral d’admission, vous devrez vous reconnecter à votre espace « Candidats » entre le 27 avril et le 28 avril afin de prendre rendez-vous. Un e-mail vous sera envoyé pour vous en avertir.

 

Quel est le profil des admis ?

À noter : dans ce regroupement, les jurys semblent valoriser les profils des étudiants en licence ou master qui représentent environ 50 % de la promo.

✅ À Rennes, la promo est 100 % féminine et est issue de filières très diversifiées. Parmi les 25 élèves en première année, 24 % ont eu la mention « Très bien », 56 % la mention « Bien », 16 % la mention « Assez bien » et 4 % n’ont eu aucune mention.
44 % des étudiants sont néo-bacheliers, 44 % viennent de l’enseignement supérieur et 12 % sont en reconversion.

 À Tours, la promo est 100 % féminine. Les élèves ont majoritairement entre 18 et 19 ans. Les profils scientifiques prédominent largement, mais ce CFUO compte également un certain nombre de spécialités « Humanités, littérature et philosophie » et « Economie » notamment…
Parmi les 50 élèves en première année, 46 % ont eu la mention « Très bien », 36 % la mention « Bien », 10 % la mention « Assez bien » et 8 % n’ont eu aucune mention.
Environ 50 % des étudiants sont néo-bacheliers, moins de 10 % sont en reconversion et près de 40 % viennent de l’enseignement supérieur. Parmi ces derniers, les profils Sciences du langage sont bien représentés. On retrouve aussi des licences de maths, de droit, de psycho ou encore d’info-com, entre autres.
66 % ont réussi à entrer en école d’orthophonie dès leur première candidature, 24 % lors de leur seconde tentative, 8 % lors de leur troisième tentative et 2 % lors de leur quatrième tentative ou plus.

✅ À Nantes, la promo est 100 % féminine. Plus de la moitié des élèves ont entre 18 et 19 ans. La spécialité SVT et l’ancien bac S sont largement représentés.
Parmi les 45 élèves en première année, 27 % ont eu la mention « Très bien », 51 % la mention « Bien » et 22 % la mention « Assez bien ».
34 % des étudiants sont néo-bacheliers, 46 % viennent de l’enseignement supérieur (PASS, sciences du langage, psychologie, biologie, droit, histoire, gestion des entreprises, prépa littéraire, prépa ortho) et 20 % sont en reconversion (on retrouve notamment une assistante de direction, une psychomotricienne, une ingénieure d’études en ESN, une professeure des écoles, une avocate, une chef de projet stratégique en santé publique, une doctorante en neurosciences, puis industrie pharmaceutique).

✅ À Brest, la promo compte 1 garçon parmi ses rangs ! Les élèves ont 18 ans en moyenne. Les profils sont assez diversifiés, avec une prédominance pour les spécialités Mathématiques et Sciences de la vie et de la terre.
Parmi les 30 élèves en première année, 21 % ont eu la mention « Très bien », 48 % la mention « Bien », 28 % la mention « Assez bien » et 3 % n’ont eu aucune mention.
Dans ce CFUO, 50 % des étudiants sont néo-bacheliers. Les cursus suivis par les élèves issus de l’enseignement supérieur sont plutôt diversifiés (psychologie, sciences de l’éducation, école de commerce, droit, musicologie, biologie, humanités, lettres et sciences humaines).
73 % ont réussi à entrer en école d’orthophonie dès leur première candidature, 24 % lors de leur seconde tentative et 3 % lors de leur troisième tentative.

 

Quel est le rythme de travail ?

Pour vous permettre d’avoir une meilleure idée des écoles du regroupement « Grand Ouest » et de leur organisation interne, nous avons fait quelques recherches auprès des associations étudiantes de chaque CFUO. Voici ce qu’il en ressort :

 

Le CFUO de Tours

À Tours, le rythme semble être assez intense. Pour une semaine de cours « classique », il y a 35 h de cours en moyenne. Concernant le rythme de travail, il est propre à chacun. Certains vont avoir besoin de beaucoup travailler et vont passer 2 à 3 h chaque soir à réviser tandis que d’autres vont s’organiser autrement. C’est très variable ! Quoi qu’il en soit, le rythme est intense et exige du travail personnel.
D’après l’une de nos anciennes élèves, la charge de travail est clairement plus élevée qu’au lycée. Cela peut avoir tendance à effrayer au début, mais il ne faut pas oublier que c’est le cas pour beaucoup de formations dans le supérieur. Il faut simplement s’acclimater et prendre le rythme.

L’emploi du temps change toutes les semaines. Les CM et les TD sont obligatoires (mais tous les professeurs ne demandent pas systématiquement d’émarger). Il n’y a pas de système de Ronéo mis en place (système qui permet aux étudiants de récupérer les cours), mais l’entraide entre élèves est très présente, donc cela ne fait presque pas de différence !

Les stages, quant à eux, se déroulent à des périodes bien précises. En 1re année, il y a 3 stages d’une semaine à réaliser dans des écoles (une semaine en grande section, une en CP et une autre en CM). Les étudiants effectuent deux de ces semaines en mars et une autre fin mai.
Seuls les stages cliniques de 4e année se font pour l’instant sur plusieurs semaines avec des jours banalisés.
Le programme de l’année prévoit directement les semaines de stage. Les élèves ne ratent aucun cours et étant donné que les stages sont inclus dans l’année, ils n’ont pas besoin de les réaliser pendant les vacances.
Les stages peuvent être réalisés n’importe où jusqu’à la 3e année. L’école encourage même les étudiants à rentrer dans leur « ville de cœur » pour désengorger les lieux de stage à Tours (réservés plutôt aux 4A et 5A qui doivent rester sur place étant donné que leurs stages s’intercalent parmi les journées de cours).
En 1re année, c’est aux étudiants de trouver leurs stages.

Les partiels du premier semestre sont avant les vacances de décembre, ce qui est vraiment chouette, car cela signifie que les élèves peuvent vraiment profiter des fêtes de Noël pour décompresser ! Les partiels du deuxième semestre ont lieu courant mai. Les étudiants ont également quelques contrôles continus pendant l’année. La semaine avant les partiels est banalisée afin de leur permettre de réviser.

À Tours, il n’y a pas de vacances de Toussaint, mais une pause « pédagogique ». La longueur de la « pause » varie. L’administration s’arrange pour que la pause tombe pendant le congrès de la FNEO afin que les élèves qui le souhaitent puissent s’y rendre.

 

Le CFUO de Nantes

À Nantes, le rythme est très différent du lycée. Les étudiants ont un peu moins d’heures par jour, mais les cours se déroulent souvent sur des créneaux de 3 h (qui peuvent parfois aller jusqu’à 4 ou 5 h d’affilée).

Il y a très peu de travaux à rendre (seulement en anglais ou pour la certification PIX), mais étant donné que les cours s’accumulent vite, il est recommandé aux élèves de les revoir régulièrement et de les reprendre avec les diapositives lorsqu’elles sont mises en ligne.

Les CM ne sont pas obligatoires. Seuls les TD le sont. Les étudiants ont droit à 3 absences injustifiées lors des TD.
Il n’y a pas de système de Ronéo mis en place, mais du parrainage. Les parrains/marraines des promos supérieures envoient souvent leurs anciens cours à leurs filleuls. En outre, les élèves ont accès à un Drive qui regroupe quasiment tous les sujets des partiels des années précédentes.

En première année, les étudiants ont 3 stages à réaliser (un en maternelle, un en CP et un en CE2, CM1 ou CM2). Ils doivent faire 3 x 8 demi-journées en fonction de si l’école dans laquelle les élèves effectuent leur stage fait cours le mercredi matin ou pas.
Il est possible de réaliser les stages ailleurs qu’à Nantes, mais les frais liés aux déplacements et au logement sont à la charge des étudiants.
Pour réaliser les stages, 3 semaines sont banalisées durant l’année scolaire.

Chaque semestre est composé de 12 semaines de cours, et les élèves ont en moyenne 30 à 35 h de cours par semaine. Ils ont donc cours toute la semaine, du lundi matin au vendredi après-midi. Les stages sont intégrés dans ce volume horaire de cours.

 

Le CFUO de Brest

À Brest, il n’y a pas de vacances de Toussaint, mais une pause « pédagogique » de 3 jours.

Les cours se terminent tôt dans l’année. Les partiels du deuxième trimestre ont lieu début mai, puis les étudiants sont en stage jusqu’au 20 mai.

Entre janvier et avril (hors vacances scolaires), les lundis sont banalisés afin de permettre aux élèves d’effectuer leur stage. En revanche, la deuxième période de stage qui se déroule en mai se réalise sur 2 semaines consécutives.

 

Le CFUO de Rennes

À Rennes, la direction pédagogique du CFUO est assurée conjointement par 2 orthophonistes qui continuent d’exercer leur profession à mi-temps. Ceux-ci s’assurent de la qualité de la formation, vérifient son adéquation avec les besoins de l’exercice orthophoniste au quotidien et accompagnent les étudiants en stage.

Certains cours sont mutualisés avec d’autres formations : médecine, orthoptie, audioprothèse, soins infirmiers… permettant des échanges avec d’autres étudiants en santé. Au fil de la formation, le nombre d’heures de stage augmente et rend la formation de plus en plus pratique. Les petits effectifs des promotions permettent d’assurer un suivi personnalisé des étudiants. 50 % au moins des volumes horaires d’enseignement sont assurés par des orthophonistes.

À partir du 2e semestre, les étudiants sont appelés à effectuer des stages découvertes (120 heures) dans des contextes diversifiés : milieu scolaire, EHPAD, crèche, structures de soins, cabinet d’orthophonie… Les stages sont plus longs à partir du semestre 4 : stage d’observation auprès d’orthophonistes puis stages cliniques (entre 210 et 400 heures).

 

Elle témoigne

On a demandé à Flora, une ancienne de la prépa Orthophonie Académie qui a intégré le CFUO de Tours en première année à la rentrée 2021, son ressenti sur l’école. Voici son témoignage :

« En bref, le CF de Tours est génial et je suis contente d’avoir fait le choix d’y aller ! La ville est très chouette, il y a de super coins si on veut faire la fête et en même temps une multitude de sorties culturelles possibles. Les enseignants sont de grande qualité, et même si l’école est exigeante, tout le monde arrive à s’en sortir ! Le gros + pour moi, c’est vraiment la super entente inter et intra-promos : tout le monde est bienveillant et l’entraide est plus que présente (facilitée notamment par la petite taille de la promo). Le système de marrainage/parrainage ainsi que le tutorat permettent aussi une super entente avec les autres promotions et l’ambiance est vraiment chouette ! »

Elle a dressé pour nous les points positifs et négatifs du CFUO de Tours. Les voici :

Points positifs
  • Taille de promo idéale (50) : plus facile de créer une « ambiance de classe » et d’intervenir en classe pour échanger avec les professeurs (très peu de cours en amphi).
  • Possibilité d’effectuer ces stages où on le souhaite : l’école encourage les élèves à rentrer dans leur « région de cœur » pour réserver les stages à Tours aux 4e et 5e années ainsi qu’aux étudiants tourangeaux. Les semaines sont banalisées au cours de l’année pour que l’on puisse effectuer nos stages.
  • Les partiels ont lieu avant les vacances de Noël et sont précédés d’une semaine de révisions à chaque fois. Il y a aussi des contrôles continus (CC) pour certaines matières.
  • Les locaux sont neufs et agréables.
  • Les intervenants sont tous très qualifiés (ce sont en général des professionnels : orthophonistes, psychomotriciens, psychologues, médecins…)
  • Possibilité d’observer une dissection du cerveau et du larynx en 1re année
  • Possibilité d’un Parcours Recherche en SDL.
  • Le restaurant (RU) et la bibliothèque universitaire (BU) ne sont pas situés à la fac même, mais à 10 minutes à pied. Mais une cafétéria et plusieurs micro-ondes sont mis à disposition sur place.
  • Super intégration et entente inter-promos : week-end de cohésion (WEC) au début d’année pour les 1A, système de marrainage/parrainage, tutorat, etc.
  • Ville étudiante à taille humaine : les déplacements à vélo sont facilités par la présence de nombreuses pistes cyclables (et par le fait que la ville est sur un terrain plat).
  • Beau patrimoine culturel (les châteaux de la Loire, musées…)
  • Vie associative avec beaucoup d’associations étudiantes : l’association locale (ATFO), la chorale, le cinéma (La Bobine), le théâtre (La Basse-Cour), association de solidarité internationale (TOTEM), etc.
Points négatifs
  • La faculté ne se situe pas à Tours même, mais à La Riche et est mal desservie. Le centre-ville reste assez proche du CF tout de même (10 min à vélo et 20-25 min à pied).
  • L’emploi du temps change toutes les semaines.
  • Les exigences sont élevées (chaque unité d’enseignement doit être validée avec une note minimale de 10/20, sans possibilités de compensation entre UE sauf pour l’UE Sciences du Langage, en tout cas en 1re année).
  • Pas de vacances de Toussaint, mais une « pause pédagogique » variable selon les années (l’administration s’arrange pour que cette pause coïncide avec le congrès de la FNEO afin que les étudiants qui le souhaitent puissent y assister).

Quelques liens utiles ?

Vous souhaitez en découvrir davantage sur le regroupement « Grand Ouest » ? Voici quelques liens utiles pour creuser le sujet.

Les associations étudiantes sur Instagram (compte dédié à aider les candidats dans leurs démarches d’admission) :

Pour écrire directement aux associations étudiantes afin qu’elles vous aident dans vos démarches d’admission :

Le site des facultés ou des associations étudiantes de chaque ville :

 

Envie de vous faire accompagner ?

Vous avez désormais toutes les informations pratiques si vous souhaitez candidater au regroupement de Brest, Rennes, Nantes et Tours ! N’oubliez pas que toute l’équipe pédagogique de la prépa en ligne Orthophonie Académie se tient à votre disposition pour répondre à vos questions. N’hésitez pas à nous écrire et à nous suivre sur les réseaux sociaux Facebook et Instagram pour ne rien manquer de nos actualités ou à cliquer sur les deux formules d’accompagnement ci-dessous.

Partagez cet article :

Émilie Ipotesi

Émilie Ipotesi

Emilie est la responsable pédagogique de la formation. Docteur dans le domaine scientifique, elle possède 15 ans d’expérience dans le secteur de la formation médicale et paramédicale. Emilie est responsable de la création des programmes de formation et de l’encadrement pédagogique des apprenants.