Top 7 des livres ou films à voir pour briller en 1A

par | 30 avril 2021 | Astuces

Vous le savez déjà : lorsque l’on se prépare à entrer en CFUO, il est important d’enrichir ses connaissances sur le monde de l’orthophonie, et plus généralement sur les métiers du soin ! ⁣ Pour cela, plusieurs possibilités : multiplier les expériences (qu’il s’agisse de stages, de rencontres professionnelles, de bénévolat ou d’un service civique), lire des magazines tels que Cerveau & Psycho ou Sciences humaines, parcourir des blogs dédiés à l’orthophonie comme celui de notre enseignante Delphine Lavoix, mais aussi visionner des films et des documentaires ou encore bouquiner. À ce propos, on avait envie de vous faire une synthèse ici des différentes recommandations que l’on a pu vous faire sur nos réseaux sociaux. C’est parti !

Les livres

« Neurocontes : Histoires (de cerveaux) extraordinaires », Mani Saignavongs

Dans leur livre « Neurocontes, histoires de cerveaux extraordinaires », la chercheuse Mani Saignavongs et l’illustrateur Benjamin Barret mettent à l’honneur des patients avec des pathologies invraisemblables et, à travers eux, l’histoire de la recherche sur le cerveau 🧪

🤯 Grâce à ce livre, vous découvrirez notamment les parcours étonnants de Suzanne qui n’avait peur de rien et de Henry qui n’arrive plus à créer de souvenirs, mais aussi des syndromes insolites comme le split-brain (syndrome résultant de la déconnexion des deux hémisphères) ou la vision aveugle (les individus dotés d’une « vision aveugle » déduisent correctement les caractéristiques visuelles d’objets qu’ils ne peuvent pas voir consciemment).

Bref, vous l’aurez compris, les courtes histoires de ces Neurocontes éveillent la curiosité du lecteur sur le fonctionnement de son cerveau 🧠 Chacune aboutit naturellement à des explications scientifiques qui permettent d’aller plus loin et d’associer une aire du cerveau à chaque petit conte. BD validée si vous souhaitez acquérir des notions de base sur les neurosciences ! 👌

« Les gratitudes », Delphine de Vigan

« Je suis orthophoniste. Je travaille avec les mots et avec le silence. Les non-dits. Je travaille avec la honte, le secret, les regrets. Je travaille avec l’absence, les souvenirs disparus, et ceux qui ressurgissent, au détour d’un prénom, d’une image, d’un mot. Je travaille avec les douleurs d’hier et celles d’aujourd’hui. Les confidences. Et la peur de mourir. Cela fait partie de mon métier. Mais ce qui continue de m’étonner, ce qui me sidère même, ce qui encore aujourd’hui, après plus de dix ans de pratique, me coupe parfois littéralement le souffle, c’est la pérennité des douleurs d’enfance. Une empreinte ardente, incandescente, malgré les années. Qui ne s’efface pas. »

Michka rentre en Ehpad, car elle est atteinte d’aphasie. Les mots lui échappent, ils s’enfuient. Mais Michka n’est pas seule, entourée par Jérôme, son orthophoniste et Marie, sa voisine et amie. « Les Gratitudes » de Delphine de Vigan : un incontournable pour les orthophonistes d’aujourd’hui et de demain, et pour tous les amoureux de la langue française ! 🥰

« L’Homme qui prenait sa femme pour un chapeau », Oliver Sacks

Oliver Sacks est un médecin, neurologue et écrivain britannique. Il nous a quittés en 2015 et laisse derrière lui une dizaine d’ouvrages de vulgarisation décrivant les troubles du comportement observés dans les lésions cérébrales 🧠

« L’homme qui prenait sa femme pour un chapeau » est sans doute son plus grand succès ! Dans ce livre, il décrit les affections les plus bizarres auxquelles il a été confronté au cours de sa carrière, celles qui atteignent l’homme non seulement dans son corps, mais dans sa personnalité la plus intime et dans l’image qu’il a de lui-même.

Il nous fait pénétrer dans un royaume fantastique, peuplé de créatures étranges :

  • Un marin qui, ayant perdu la notion du temps, vit prisonnier d’un instant perpétuel
  • Un homme qui se prend pour un chien et renifle l’odeur du monde
  • Un musicien qui prend pour un chapeau la tête de sa femme

Bien d’autres exemples tout aussi poétiques sont relatés dans ce recueil où l’auteur nous invite à explorer la personnalité humaine et sa fantastique capacité d’adaptation 💫 Les deux premières sections se concentrent sur les manifestations provenant de l’hémisphère droit du cerveau, alors que la troisième et la quatrième décrivent des manifestations phénoménologiques : réminiscences spontanées, perceptions modifiées et manifestations remarquables apparaissant chez les personnes dites retardées. Une pépite ! 💎

 

Les films

« T’en fais pas, j’suis là » (2020)

Le synopsis : « Jonathan Rivière (Samuel Le Bihan) est avocat d’affaires, une star du barreau que l’on s’arrache. Il est aussi le père absent de Gabriel, un enfant autiste de 12 ans. Dès la naissance du petit Gabriel, Jonathan a compris que la vie de famille n’était pas son truc. Avec Sophie, la maman, l’arrangement a été simple : elle s’occupe de Gabriel et lui paye pour qu’il ne manque de rien. Mais quand Sophie est victime d’une rupture d’anévrisme, Jonathan se retrouve brutalement parachuté dans la vie de Gabriel. Une vie d’habitudes et de rituels dont il ne connaît absolument rien et qui lui paraît vite incompatible avec la sienne… »⁣

À noter : Samuel Le Bihan a mis beaucoup d’éléments personnels dans ce film, lui-même étant le père d’une petite fille autiste. En France, 1 enfant sur 100 naît atteint de troubles autistiques, soit environ 8000 enfants chaque année. Après avoir obtenu un diagnostic, les familles sont confrontées à la question de l’accompagnement. Comment aider leur enfant au quotidien à sortir de leur bulle et à communiquer ? Comment réussir à les faire scolariser et à les mener sur le chemin de l’autonomie ? Autant de questions qui sont soulevées à travers ce film.⁣

« Apprendre à t’aimer » (2020)

Le synopsis : « Frank (Ary Abittan) est un père dont les rêves vont être bousculés par la naissance de sa fille Sarah porteuse de trisomie 21. Comment va-t-il affronter les petits et grands sacrifices que cette nouvelle vie lui impose ? »

Bon à savoir :

  • 33 familles ont été interrogées pour coller à la réalité
  • Beaucoup de scènes ont été tournées en situation réelle, au sein d’associations par exemple (et sans figurants !)
  • La réalisatrice Stéphanie Pillonca-Kervern vient de l’univers du documentaire
  • La petite Sarah est incarnée par 3 jeunes actrices d’âges différents

 

Les documentaires

« Vincent et moi » (2018)

Vincent est né avec une trisomie, une différence qui demande du courage, de la patience et une bonne dose d’humour parfois. Tout est un peu… beaucoup… plus compliqué pour lui. Maintenant, il a grandi. Il aimerait vivre comme tout le monde, travailler, être autonome, mais surtout être amoureux… Édouard, son père, va tout faire pour l’aider à trouver cette indépendance qu’il désire tant, mais Vincent sera-t-il capable de voler de ses propres ailes ?

Ce film montre toute la difficulté à être différent et la force qu’il faut pour faire exister, accepter, apprécier cette différence.⁣

La trisomie 21 est l’anomalie chromosomique la plus fréquente. Elle touche 50 000 à 60 000 personnes en France. Ces personnes présentent des caractéristiques propres à chacune d’elles. En ce sens, l’orthophoniste a un rôle crucial à jouer puisqu’iel a pour mission d’accompagner la personne porteuse de trisomie 21 dans sa communication, de la toute petite enfance à l’âge adulte, à la fois dans le domaine du langage, de la communication, mais aussi de la motricité et des facteurs associés (mémoire, orientation spatio-temporelle…).⁣

📲 Disponible sur toutes les plateformes de VOD.⁣

« J’irai décrocher la lune » (2020)

Dans ce film, le réalisateur Laurent Boileau y donne la parole à six trentenaires, porteurs de trisomie 21, qui rêvent d’une vie ordinaire. Avec humour et sensibilité, Stéphanie, Robin, Élise, Gilles-Emmanuel, Éléonore et Mario nous racontent leur volonté et leur capacité à s’insérer dans la société et le marché du travail. 🙏

Ce documentaire, porteur d’un message de tolérance et de bienveillance sur le handicap et la différence, est une pépite à ne pas manquer !

📲 Disponible sur toutes les plateformes de VOD.

 

Si vous avez d’autres suggestions de lectures, de films ou de documentaires à voir, nous sommes preneurs ! N’hésitez pas à nous écrire sur nos réseaux sociaux Facebook et Instagram.

Partagez cet article :

Émilie Ipotesi

Émilie Ipotesi

Emilie est la responsable pédagogique de la formation. Docteur dans le domaine scientifique, elle possède 15 ans d’expérience dans le secteur de la formation médicale et paramédicale.Emilie est responsable de la création des programmes de formation et de l’encadrement pédagogique des apprenants.